Retour

Manifestations

Super Series
GT-FFSA Magny Cours
Octobre 2008

DTM Le Mans
Octobre 2008

Le Mans Classic
Juillet 2008

Formule Ford
18 Aout 2007

Furia Porsche
8-9 Avril 2006

24h du Mans
18-19 Juin 2005

Coupe de France des Circuits
Croix en Ternois

8 Mai 2005

Furia Porsche
Club911 IDF

9-10 Avril 2005

Essais croises
944/928/911

28 Novembre 2004

Bordeaux
Club944.net

9 Octobre 2004

Dijon Prenois
Circuit

2 Mai 2004

Vincennes
11 Avril 2004

Centre Porsche
Cergy Pontoise
Inauguration

19 Mars 2004

Salon Vehicule
Collection Reims

14 Mars 2004

6h de karting
6 Mars 2004

Magny Cours
Ecurie de Ferdinand

23 Fevrier 2004

Achat 944
Turbo Cup

21 Fevrier 2004

Retromobile
15 Fevrier 2004

Lurcy Levis
24 Janvier 2004

Livraison
Porsche Cayenne

7 Janvier 2004

Vente Poulain
18 Decembre 2003

Vincennes
7 Decembre 2003

Telethon 2003
6 Decembre 2003

Euro Racing Show
Decembre 2003

Reportage
Alpine V6 Turbo - 944 Turbo

21 Novembre 2003

Croix en Ternois
26 Octobre 2003

Porsche 911
"40 ans"

23 Octobre 2003

996 GT3 RS
en photos

Magny Cours
911IDF T.Cup

12 Octobre 2003

Vincennes
5 Octobre 2003

GT1 et 959
26 Sept 2003

Vexin 2003
Club944.net

14 Sept 2003

Fin aout 2003
Porsche Days 2003
Magny Cours

23 aout 2003
Stuttgart
Musee Porsche et Showroom

3 aout 2003
Vincennes

6 juillet 2003
Vincennes

1er juin 2003
Vincennes

16 mars 2003
Croix en Ternois

19 janvier 2003
Chantilly

5 janvier 2003
Visite chez
Nicolas (ClubSport)

10 decembre 2002
Freres Almeras

7 decembre 2002
Telethon 2003

1er decembre 2002
Vincennes

11 novembre 2002
Lurcy Levis
BSA/Maisonneuve

3 novembre 2002
Vincennes

26 octobre 2002
Amicale 928
Reims

21 octobre 2002
Rencontre
Allemagne/Alsace

20 octobre 2002
Visite chez
Jean Claude

6 octobre 2002
Vincennes

1er septembre 2002
Vincennes

24/25 aout 2002
Porsche Days 2002

27/28/29 juillet 2002
Bretagne
Club944.net

7 juillet 2002
Vincennes

30 juin 2002
Montlhery
Circuit DRDM-ACC

15 juin 2002
Le CP944
à Reims !

6 juin 2002
Vincennes

26 mai 2002
Furia Porsche
Le Mans

23 mai 2002
RMS, préparateur
Vannes

23 mai 2002
Centre Porsche
Lorient

20 mai 2002
Baptêmes en Cup
La Cornière

18 mai 2002
Tour de Bretagne
Pornic

9 mai 2002
Le Mans
Circuit (CPF)

5 mai 2002
Vincennes

1er mai 2002
Folembray

21 avril 2002
Porsche 924
A restaurer

6 avril 2002
Magny Cours
CPF - Circuit

1 avril 2002
Circuit de Gueux
911 Turbo 3.6

30 mars 2002
964 Carrera 4
Hervé

24 mars 2002
Musée de l'auto
Reims

23 mars 2002
996 GT2 et 996 bi-turbo
Axe Six

17 mars 2002
Croix en Ternois
Centre 944

9 mars 2002
Salon du Vehicule de Collection
Reims

7 mars 2002
Salon de Genève

12 février 2002
Rétromobile

3 février 2002
Vincennes

19 janvier 2002
944 S2 Cab
Pornic...

6 janvier 2002
Centre 944
Vincennes

9 decembre 2001
Folembray

8 decembre 2001
Telethon

2 decembre 2001
Centre 944
Vincennes

4 novembre 2001
Centre 944
Croix en Ternois

28 octobre 2001
911Net
Compiegne

20 octobre 2001
CPF - Circuit
Val de Vienne

Porsche Days
25-26 aout 2001

911 GT3 RS
Photos

22 juillet 2001
Fay de Bretagne
Circuit - CPF
944/968 et Bretagne

8 juillet 2001
DRDM - ACC
Circuit a Dreux

24 juin 2001
L'Age d'Or

17 juin 2001
Circuit Montlhery
ACC-DRDM-911net

10 juin 2001
Club 911net
Magny en Vexin

25 mai 2001
CPF - Circuit
Bugatti Le Mans

5 mai 2001
CPF - Circuit
Dijon Presnois

28 avril 2001
Retromobile 2001

20 avril 2001
Reims Moteur Passion

7 avril 2001
CPF - Circuit
Magny Cours

12 mars 2001
Salon Collection
Reims

22 octobre 2000
Vincennes
Voitures Prestige

octobre 2000
Salon de l'auto
Paris

2 septembre 2000
Anniversaire du Chef

24-25 juin 2000
L'Age d'Or

28 mai 2000
Furia Porsche
Montlhery

14 mai 2000
CPF - Circuit
Dijon Presnois

3 mars 2000
Stage Pilotage
Circuit a Dreux

26 fevrier 2000
Club 944 - DRDM
Circuit a Dreux

Essais Croisés 944 / 928 / 911

Suite à une proposition d'essais croisés entre 944 et 928, nous nous sommes donné rendez vous à 6 voitures du côté de Bourges en ce dimanche 28 novembre 2004. L'objectif était de pouvoir comparer les voitures et les essayer en se prêtant le volant. A 11h30, nous avions donc tout le monde de réuni :

* Hubert : 928 S2 de 1985 - 310 ch
* Lionel : 928 GT de 1991 - 330 ch
* Jean Yves : 928 GTS de 1992 - 350 ch
* Sébastien : 911 Carrera 3.2 Cabriolet de 1987 - 231 ch
* Thomas : 944 S2 de 1990 - 211 ch
* Sébastien (moi même) : 944 Turbo de 1991 - 300/310 ch estimés lors de l'essai


De gauche à droite : 928 S2, 928 GTS, 944 Turbo, 944 S2, 911 Carrera 3.2, 928 GT

Après avoir discuté sur le parking et observé les voitures en statique, nous avons décidé de prendre un bon repas pour continuer la discussion et faire plus ample connaissance. Pour procéder à l'essai des Porsche, nous avons décidé de nous diriger vers Nevers, distant d'un peu moins de 100 kms, en s'arrêtant tous les 20/30 kms environ afin d'échanger les voitures. Le tout en roulant en convoi sur des routes secondaires peu fréquentées tant que possible.

911 Carrera 3.2 Cabriolet 1987
Signes particuliers : boite de vitesse G50, pas d'ABS

On sort du restaurant et on échange les voitures. Le temps est gris, la route mouillée et il tombe une petite pluie fine. Je commence avec la 911 3.2 Cabriolet de Sébastien. J'avais déjà essayé deux autres 3.2 donc je connais un peu le véhicule. Première réaction, comment mettre les phares ? Il faut tirer sur le bouton au lieu de tourner comme sur les 944/928. Deuxième surprise, j'ai l'impression d'avoir 2 pédales de frein et aucune pédale d'embrayage ! C'est très dur au toucher et on cherche un peu les vitesses malgré la boite G50. Finalement on s'habitue assez vite, même si les essuie glaces sont plus décoratifs que fonctionnels et la ventilation d'un autre âge. Je finis même par rouler vitres ouvertes. Une fois en route, on s'y fait. La voiture est plaisante à défaut d'être spécialement puissante et le ronronnement du Flat-6 dans le dos est plutôt sympathique. En comportement on sent qu'il ne faut pas faire d'erreurs. Le train avant est léger... léger... et se charge dès que l'on commence à freiner. On sent bien la répartition des masses. Finalement, c'est plutôt ludique à conduire et on se prend vite au jeu. Par contre, c'est une voiture d'une autre époque, en rien comparable aux 944 et 928 présentes ce jour ci.


928 GTS 1992
Signes particuliers : pneus, amortisseurs et freins neufs. Echappement libéré (intermédiaires supprimés et silencieux vidé), boite mécanique

Premier arrêt sur la route, on change de véhicule. Je prend la 928 GTS de Jean Yves. Changement radical de sensations. La voiture est grosse, on est très bien installé, l'insonorisation est excellente, la qualité de fabrication aussi. La boite de vitesse inversée (première en bas à gauche) ne pose pas de problème on s'y fait de suite. La GTS est collée à la route, on a l'impression d'être sur des rails et autre chose impressionnante, le moteur est toujours disponible, les 51 mkg de couple se font bien sentir. On peut sortir en 5ème à 800 tr/min d'un rond point et repartir facilement sans aucun à coup ! En accélération, c'est puissant mais ça reste linéaire (et assez lourd), du coup ma 944 Turbo accélère plus fort. Cette voiture, c'est un palace roulant, c'est simple on a l'impression de conduire le TGV... en 1ère classe !


928 GT 1991
Signes particuliers : catalysée, moins de 100.000 kms, crémaillère de direction neuve

Deuxième arrêt, je saute de la 928 GTS à la 928 GT de Lionel. La différence est impressionnante, j'ai l'impression d'avoir 300 kgs de moins dans les mains ! La GT est beaucoup plus marrante pour moi. Le moteur est un peu moins puissant/coupleux, on le sent en faisant des reprises en 5ème à 2000 tr/min mais il est sensiblement plus vivant et vaut celui de la GTS une fois les 4000 tr/min passés. Du coup la voiture est nettement plus naturelle en ce qui me concerne. Elle a plus de caractère et semble même plus rapide et plus vive que la GTS, du tout moins en sensations. La monte en 16" et les réglages de trains y sont peut être aussi pour quelque chose. Je m'amuse comme un petit fou avec cette GT, elle répond parfaitement à la moindre accélération, le châssis réagit très bien, les freins aussi (même si l'attaque est moins franche que la GTS).


944 S2 1990
Signes particuliers : amortisseurs sports M.474, barre antirapprochement avant

Et hop, on rechange. Cette fois ci, la nuit est tombée. Je prend la 944 S2 de Thomas. Je la connais déjà donc je ne découvre rien de spécial. On peut cependant remarquer que la 944 semble petite quand on sort d'une 928. Cette S2 se comporte très bien, elle est très agile et on a une impression de facilité déconcertante et d'aisance malgré la pluie qui tombe sur une chaussée déjà mouillée. Le moteur est toujours disponible mais moins puissant que les 928. On pense presque conduire une "petite 928".


928 S2 1985
Signes particuliers : Jantes CS Design, sièges sports, boite mécanique, amortisseurs sport M.474, moins de 100.000 kms, couleur spéciale "Bleu de Prusse" métallisé réference 928 S4.

Sortir de la 944 S2 et passer sur la 928 S2 d'Hubert c'est presque naturel. Les voitures sont très semblables, la 928 S2 pouvant très bien être une "super 944 S2". L'échappement d'origine de la 928 S2 est plus sonore que la GT et que les GTS d'origine. Il nous gratifie de quelques bons glou-glous agréables.. La boite de vitesse est un peu différente, en fait elle est décalée à gauche par rapport aux 928 GT et GTS. C'est à dire qu'en guidant de la même manière on attrape la 5ème au lieu de la 3ème et la 4ème au lieu de la 2ème; mais on s'y fait rapidement. Le moteur a sensiblement moins de coffre que la GT mais reste très agréable. La voiture est moins lourde et moins "insonorisée" que les deux autres 928. Les freins sont un peu moins costauds aussi mais ne pose jamais de problème et on sent à peine la différence en utilisation normale.


944 Turbo 1991
Signes particuliers : restauration complète (détails ici), plus de 300 ch, châssis sport et freins 968 M030, barre antiroulis arrière enlevée pendant l'essai et pas de direction assistée

En reprenant ma 944 Turbo le soir pour repartir, j'ai retrouvé à nouveau d'autres sensations. La voiture est un gros karting. Elle est sensiblement plus ferme que les autres voitures essayées dans la journée et beaucoup plus violente (c'est dû au turbo avec une pression importante). La voiture a deux visages; en dessous de 3000 tr/min où il ne se passe pas grand chose mais on peut rouler agréablement malgré tout; et à partir de 3100 tr/min où ça pousse très fort. Malgré le châssis rigide, la voiture commence à se "cabrer" et on a l'impression que quelqu'un pousse derrière. Lors du retour sous la pluie, la voiture s'est même mise en travers en accélérant en 4ème à 130 km/h, et pourtant il s'agit de Pirelli PZero Rosso en 255/40/17. Vraiment très ludique et avec un échappement très sonore, elle incite à attaquer.

 

Zoom 928 S2 - 928 GTS

Un rapide comparatif en photos entre la 928 S2 de 1985 et la 928 GTS de 1992


Intérieur 928 GTS

Porte 928 GTS

Places arrières 928 GTS

Moteur 928 GTS

Capteur de pression des pneumatiques (RDK)

Intérieur 928 S2

Porte 928 S2

Places arrières 928 S2

Moteur 928 S2

 

L'avis des autres propriétaires

Lionel, 928 GTS méca et 928 GT91 présente ce jour

3.2L : une autre époque, un bruit de moteur qui fait obligatoirement travailler l'imaginaire, un équilibre très spécial et pas rassurant du tout, un train avant lourd au volant mais très léger en adhérence (il doit devenir adhérent en freinant fort), une impression de robustesse, le côté très sympa du cabrio (essayé le matin avant qu'il ne pleuve).

944 Turbo préparée : En funboard, je gueule souvent 'Yahou' lors d'un beau petit saut de vague et bien l'effet turbo de la 944 de Seb a eu le même effet ... c'est, disons ... impressionnant et la direction non assistée lui convient parfaitement.

944 S2 : la voiture de Thomas semble être dans un super état. pas grand chose à dire tellement on s'y sent bien. Ca roule, tout est OK, c'est parfait. Complément idéal de la 928 pour rouler tous les jours.

928 S2 : découverte pour moi. Une 928 plus vivante qui dégage déjà un petit côté 'ancienne' à travers ses remontées d'informations plus nombreuses qu'une S4/GT/GTS (le moteur bien sûr mais aussi par les trains qui rendent la voiture moins posée sur des rails).

Ma GT: Un peu comme la 944 S2, elle tourne très rond, très feutré même. La distinction avant/après 4000 est vraiment marquée, bien plus que sur la S2 (sur la GTS c'est avant/après 1000 tours...). On arrive parfois même à ne rien avoir sous le pied sur certains rapports sous 4000 tours(peut être un petit qqchose à revoir sur ma GT?). Seb, je sais pourquoi tu l'as trouvé si légère ... la DA a été changée il y a très peu de temps et elle est à mon avis un peu trop assistée ... toutes les GT ne sont pas comme cela ... je pourrais mettre un petit volant pour améliorer la chose.

928 GTS : il suffit de faire un passage 3-2 avec la GT puis avec la GTS pour comprendre que ce n'est pas la même bête. Le frein moteur de la GTS vous donne une grosse tape dans le dos signifiant ... "dis donc, toi, faudrait peut-être apprendre à conduire !" ... Cela signifie en clair que dans une situation de freinage intensif, un passage 3-2 nécéssite obligatoirement un double debrayage pour éviter un blocage de boîte qui fera facilement partir vrac (déjà testé 2 fois en bout de ligne droite de Lurcy et Dijon ... à chaque fois récupéré limite). Sinon, côté trains, La GTS est sur des rails, on sent que ce n'est pas en conduisant 'normalement' que l'on fera joujou. Quand on sait que cette grande dame se laisse pourtant glisser très progressivement sur circuit dans un équilibre serein ... On peut dire que c'est une 928 aboutie mais j'opte plutôt pour imaginer que c'était le début d'une nouvelle série d'évolutions à la Porsche qui aurait donné en 2005 la nouvelle 928 'Ferry', 500CV, 4 places, etc ... pas de regrets, on aurait pas pu se la payer !!!

 

Hubert, 928 S2 1985

Début des essais en douceur : La 928 GTS, après un bon resto, c’est bien !
Voilà donc mes impressions par un temps très médiocre sur route mouillée avec un final nuit tombée.
Que de belles voitures où l’on voit qu’on a affaire à des amoureux de belles mécaniques soignant leur monture ! Un détail, que des boites manuelles sur cette belle brochette.

928 GTS : Je pensais avant l’essai que c’était du caviar…, c’en est !
Belle, bien finie, confort pullman, un couple linéaire inexorable dès les premiers tours de roue. Très aboutie, elle colle à la route jusqu’à presque trop gommer les sensations. Heureusement que le RMB amélioré rappelle qu’il y a une grosse présence sous le capot.

928 GT : Je me sens beaucoup plus proche de ma S2. Néanmoins, des différences : direction très légère, sonorité plus faible, motricité plus efficace, moins de sensations. Par contre, ce qui m’a surpris, c’est le fonctionnement moteur qui m’a fait penser aux anciens 4 soupapes par cylindre qui nécessitaient de brusquer plus la boite et le régime moteur pour avoir de la vigueur.

944 S2 : Agréable. On en ferait bien sa voiture de tous les jours. Elle est facile, se glisse partout (avec un petit contrôle pour les ailes tout de même !). J’ai eu néanmoins quelques difficultés à trouver mes petits dans les boutons posés à gauche/ a droite sur la planche de bord au début, puis impec.

944 Turbo ++ : Je ne sais pas si c’est le ++ (plus de 300CV sur 1300 kg, ça le fait), mais c’est très bien ! Le coup de boost du turbo, c’est quelque chose ! Elle donne envie d’attaquer avec tout de même une petite appréhension à bien laisser échapper les chevaux du turbo dans les bonnes circonstances. Saine mais radicale !

911 Carrera 3.2 Cab : Il fait nuit noire, il pleut, et je monte dans une voiture mythique conçue il y a plus de 40 ans. Et bien ça se voit ! Rouler sous la pluie sans rien voir avec une voiture dont on sait que le sac à dos ne pardonne pas … mes premiers km ne sont pas rassurés, d’autant que l’embrayage et les freins sont d’un autre age. Elle est pourtant plus récente que la mienne ! Par contre, avec l’habitude, en cabriolet sous le soleil, ce doit être sympa. A mon avis, à réserver pour les balades tranquille. (et à surtout ne pas comparer avec les 911 actuelles, il n’y a que le nom qui les rapproche)

928 S2 : Retour à ma voiture et à Paname sous la pluie. Toujours très content du compromis qu’elle offre, il faudra quand même vraiment que je lui offre des gommes dignes d’elle ! et non pas les bouts de plastique à 2 balles qui font office de pneus ! Je le sais pourtant que ça change radicalement une voiture !
Donc, quand j’aurais gagné au loto il me faudra en plus: Une GTS, une 944 turbo ++ et puis….

Jean-Yves, 928 GTS méca

3.2L : Effectivement une autre époque on en viendrait même à se poser la question de savoir si c'est effectivement une voiture,
La turbine est bien présente, en tous cas plus que le train avant.
Le couple embrayage/frein c'est du genre "Une pédale pour deux" avec cale en bois pour assistance,
Un équilibre très spécial genre "Rencontre du 3 type" et limite "Le salaire de la peur" sur le mouillé (Hein Hubert! )
Malgré ou à cause de cela le mythe est la.

944 Turbo préparée : La voiture parfaite d'informaticien, Binaire, 3000 trs/mm ça roule, 3050 trs/mm allez hop dans le fossé,
En terme de poussée sur 4 roues de souvenir je n’ai pas mieux. Ah si au fait, une assistance de direction pour bûcheron !
Des roues arrières VRAIMENT indépendantes et le souvenir d'avoir conduit un "truc de fou" sur route ouverte.
Je suis partant pour un essai châssis & moteur OK sur le sec. Même pas peur le gars.

944 S2 : Superbe voiture. Effectivement un complément idéal de la 928 pour rouler tous les jours. Vraiment très sympaà conduire.
La voiture est coupleuse, les 3 litres sont bien là. Une S2 la semaine, une 928 pour les WE, cool .

928 S2 : Jamais conduite et là...surprise, la voiture est joueuse, comme peu l'être une 928, mais joueuse quand même.
On la sent beaucoup plus réactive aux conditions de sol, d'adhérence, à état de la chaussée. (Les pneus ???)
En plus la filtration est moins poussée que sur les GT/GTS. Ce qui renforce le coté "ancienne" (pas autant que la 3.2 quand même qui est elle + jeune).
Même comme "ça" le confort est royal. Y a pas à dire l'enfant était bien né.

La GT: Une horloge, elle est neuve cette voiture.
Pas de bruit, souple en direction, en freinage et en reprise.
Le couple est moins présent que sur ma GTS.
Par contre on a l'impression qu'au dessus de 4000 c'est plus vif et plus joueur, moins "lourd".
Elle est à mon avis plus "G.T.Sport" que "G.T.", Porsche a inversé les sigles..

Ma 928 GTS : Que dire, je l'aime. Non mais blagues dans le coin; j'ai une petite famille (2 filles 6 & 8 ans) une femme (toujours ) et la LA GTS n'a à mon avis aucunes rivales. Les vacances avec ou sans bagages, les sorties comme celle de dimanche, les ballades cool en montage ou bien les sorties circuits "Madame" n'est jamais ridicule.
Son comportement n'est jamais traître (dans la limite du raisonnable ) la réserve de puissance est sans fond ET exploitable.
Bon j'arrête je ne suis pas objectif. C'est la meilleur GT du MONDE point barre.

Thomas, 944 S2 1990

928 GT ‘91 : Le siège en cuir très confortable permet de nombreux réglages, mais malheureusement pour mes 1m91 la présence du toit ouvrant ne permet pas d’adopter une position satisfaisante, résultant en l’impossibilité de maintenir la tête droite sans toucher le plafond. Le tableau de bord très « années 70 » n’est pas orange, mais même s’il l’était ce ne serait pas grave car au volant d’une 928 on regarde ce qui se passe derrière le pare-brise, surtout quand les jolis globes des phares sont sortis pour cause de pluie. Dans ses grandes lignes la console centrale tombante fait assez style « Ferrari 412 » tandis que certains détails de finition font plutôt … euh … « Ferrari 412 » . Les boutons de part et d’autre du volant sont aussi distingués et classieux qu’une nageuse russe de l’époque Brejnev mais l’effet Playskool donne une impression de facilité, sans fioritures. Le charme désuet de l’habitacle est complété par ce superbe grand volant Porsche que l’on retrouve sur tous les modèles de la gamme de cette époque, tellement significatif de l’image Porsche des années 80. Bref, je suis conquis par cette atmosphère si particulière .
A part le problème d’assise, la voiture fait dès les premiers tours de roues penser à une « super » 944 S2, tant le comportement général s’y rapporte.
Le moteur est gros, et ça se sent : les montées en régime sont linéaires et le couple augmente avec le régime, avec un petit coup de pied aux fesses passés les 4000 trs/min. Avec la souplesse du moteur on se surprend à rouler en 5ème à 80 km/h, tellement cela paraît naturel et peu gênant vu le couple fourni et la capacité à monter en régime.
L’ajustabilité du châssis et la précision des mouvements de caisse sont de premier ordre et procurent au conducteur un confort de roulement exceptionnel, d’autant que les sensations perçues au volant permettent une finesse et une totale maîtrise du train avant. La 928 GT est sensiblement plus confortable que la 944 S2, tout aussi joueuse mais plus agréable en courbes, avec un net sentiment de sécurité et d’efficacité accrues grâce à l’essieu arrière dit « Weissach » qui gomme totalement le sous virage. Ca tient très très bien le pavé tout en restant très ludique et on n’a pas une seconde l’impression d’être dans une auto qui pèse plus d’1.5 tonne. Par rapport à une 944 on croit carrément disposer de quatre roues directrices quand on prend les ronds-points, surtout que la voiture est d’autant plus efficace qu’elle roule vite.
Le levier de vitesses (modèle 91, donc idem que GTS) tient très bien en main, l’action est courte et très précise. S’il faut changer les rapports avec une certaine conviction, cela reste très agréable grace à la précision du levier. On sent les « clic-clac » engageant chaque rapport. On peut même s’amuser à faire des relance moteur en descendant les rapports, mais la relative lenteur de la boîte nécessite un bon « timing » pour y arriver parfaitement. L’inconditionnel de boîtes mécaniques que je suis y a retrouvé ses petits rapidement. La boîte à grille dite « inversée », souvent décriée à son époque et encore aujourd’hui, tient plus du détail pour pédants un peu attardés que d’un réel inconvénient, tellement on s’adapte vite et instinctivement à son fonctionnement.
Je retiens surtout le fait que j’ai pu prendre du plaisir dans cette auto à vitesses légales. Même si à l’efficacité générale bluffante s’ajoute un confort exceptionnel qui fera peut-être dire aux cascadeurs que c’est trop aseptisé, la voiture ne réclame pas pour autant à son conducteur de conduire le couteau entre les dents pour lui donner du plaisir, et on peut s’amuser dignement à allure modérée. La GT '89 que j'avais essayée il y a deux ans et qui m'avait laissé sur ma faim n'est plus qu'un mauvais souvenir.

911 3.2 cabriolet : Première 911 atmosphérique que j’ai conduite, après une 930 ’88 sur la neige dont je n’ai pas de souvenir impérissable à part une direction non assistée agréablement légère mais communicative et donc agréable.
On est relativement bien assis (les 944 ont les mêmes types de siège), mais avec le dos droit, et on a le volant directement sous le nez. Autant la GT peut faire « Chesterfield », autant la 3.2 fait « tabouret de comptoir du PMU du coin ». Les pédales au sol me font encore sourire . Le passage de roue fait office de repose-pied. La boîte à grands débattement, l’absence de tunnel central, la ventilation peu efficace et la position de conduite font un peu J9, la porte coulissante en moins . Curieusement, le son du moteur est moins intelligible de dedans que de dehors. On ne l’entend pas beaucoup, sauf en poussant les rapports, et encore. Malgré son débattement la boîte est finalement plutôt agréable car assez précise, de même que l’embrayage qui accroche tôt, ce qui permet de faire de bonnes relances moteur quand on descend les rapports.
On retrouve dans le 6 cylindres les souplesse et linéarité que l’on connaît des 944 atmospériques et 928. Les accélérations restent honorables même si on est loin d’une 944 S2, et c’est tant mieux car rouler à 130 sur départementales défoncées la nuit par temps de pluie, on n’a pas vraiment envie d’aller plus vite tant les mouvements de caisse semblent difficiles à identifier. Le direction s’alourdit ou s’allège en fonction qu’on freine ou accélère, mais le comportement en courbe n’inspire pas confiance et j’ai préféré y aller mollo pour ne pas me faire de mauvaise surprise.
J’aurais davantage apprécié la voiture sur le sec, décapoté, et je sais que ce n’est que partie remise.

928 GTS ‘93
Sorti de la 911 3.2, ça CHANGE.
Le siège ressemble beaucoup à celui de la GT et il y a aussi un toit ouvrant, mais curieusement l’assise semble plus basse et ce coup-ci seuls mes cheveux touchent légèrement le plafond. Les « côtés » du siège sont par contre plus enveloppant que dans la GT. Si le volant avec air bag n’a pas le charme du « vieux » volant que l’on retrouve dans toutes les autres voitures, il donne à l’habitacle un aspect bien plus moderne.
L’échappement libéré donne un son sympa et incite à prendre les tours. La boîte donne les mêmes sensations que dans la GT. On baisse les fenêtres et on ouvre le toit pour profiter du son du V8. Si la voiture paraît d’emblée sensiblement plus lourde que la GT, le moteur est bien plus coupleux et on sent une différence en accélération pure. Par contre je n’ai jamais osé écrasé le champignon de peur de me retrouver dans le fossé, surtout après avoir fait légèrement glissé les pneux en accélérant à peine fort en sortie de village. L’impression de poids supérieur est accrue par les jantes 17" qui permettent à l’auto de rouler comme sur des rails. La stabilité et le confort sont impressionnants malgré les chaussées très abîmées des départementales. Toute route difficile, indisposée au passage de voitures se soumet totalement à la revue de la reine GTS . Les amortisseurs et pneux neufs de la voiture de Jean-Yves y sont certainement pour quelque chose dans cette facilité déconcertante, qui laisse presque croire que la voiture se conduit toute seule et que si le conducteur est derrière le volant, c’est parce qu’elle le tolère.

928 S2 '85
Enfin, on est bien assis : c’est un siège sport avec les réglages semi-électriques, et surtout il n’y a pas de toit ouvrant. Le bloc compteurs est exactement le même que celui de l’autre S2 (la 944), on est moins dépaysé. Question sensations aussi, on se rapproche aussi d’une 944 car cette 928 est moins lourde que les deux autres 928 et on reçoit ce coup-ci enfin quelques informations sur l’état du revêtement de la chaussée, ce qui rend la conduite plus amusante et instinctive.
La boîte est moins précise que celles des GT/GTS et son maniement rappelle celui de la 944 S2. Le levier est presque le même, d’ailleurs. Le point mort est « en face » des 4ème et 5ème rapports au lieux des 2ème et 3ème rapports sur les GT et GTS, d’où quelques tatonnements au début, à cause du ressort de rappel du levier.
Le moteur est un peu moins coupleux à bas régime que ceux des deux autres 928. D’ailleurs, à partir d’un certain angle de la pédale d’accélérateur, le moteur prend ses tours uniformément et ne veut pas tourner plus fort. Cela est cependant très suffisant pour s’amuser et rouler vite. La tenue de route est ici aussi excellente, la neutralité en courbes toujours exceptionnelle.

944 Turbo '91
Je retrouve là une vielle connaissance vu que j’étais avec Seb le jour de son achat ; j’ai suivi sa réfection et ai pu modestement participé à une toute petite partie de la mécanique.
Ca fait bizarre de voir une voiture qui était restée plus d’un an sans rouler, dans un obscur village de Picardie, marcher maintenant plus fort que n’importe quelle 944 Turbo 250 ch d’origine et faire la nique aux 996. Ca fait aussi plaisir de voir une voiture renaître de ses cendres de cette façon, même s’il reste un ou deux détails mécaniques à régler. Je l’avais essayée il y a quelques semaines, heureusement sur le sec, alors la session d’hier était plus une revue de routine qu’une découverte.
Malgré la pluie ça reste conduisible si l’on appuie légèrement sur l’accélérateur, ce qui permet de prendre des tours sans charger le turbo, condition de survie impérative tant le couple arrive avec rapidité et violence quand on met le pied au plancher .
La tenue de route est excellente grâce au châssis sport, et la direction non assistée n’est pas réellement un handicap en conduite sur route, mais comme sur la 928 GTS les jantes en 17" donnent l’impression d’absorber la nervosité de l’auto et que la voiture est plus lourde qu’elle ne l’est vraiment, au profit cependant d’une excellente stabilité.
Un détail de chipoteur : en roulant la nuit le témoin de richesse qui clignote n’est pas très discret et on ne voit que lui dans l’habitacle. Ca fatigue les yeux. Ok, je sors ...

944 S2 '90
Pour les sensations, prendre la 928 GT de Lionel et s’imaginer la même chose à une échelle réduite.
La 944 S2 est franchement une 928 GT « junior ».
La seule différence majeure est que la pauvre architecture du train arrière à bras oscillants est manifestement très loin d’être aussi efficace que l’essieu « Weissach » et comme sur la 944 Turbo la voiture n’aborde pas aussi volontiers les ronds points et virages serrés, nécessitant un engagement certain du conducteur.

Pour conclure, je serais bien reparti avec la GT de Lionel (cela dit j’aurais eu un bon torticolis en arrivant chez moi). Elle est moins jolie que la GTS de Jean-Yves et plus lourde que la S2 de Hubert mais parmi les trois c’est à mon avis celle qui offre le meilleur compromis, et curieusement c’est celle dont le caractère m’a semblé se rapprocher le plus de ma 944 S2 ... que je ne tromperai peut-être finalement jamais

 

Sébastien, 911 Carrera 3.2 Cabriolet 1987

Tout d'abord, je vous precise que j'ai eu pendant 2 ans une 944 s je n'étais pas en terrain vierge.

944 S2: je connaissais mais celle ci était très belle. j'ai trouvé peu de difference par rapport à la 928 . les moteurs avant sont semblables en conduite. sur la s2 on sent le volume du moteur en retrogadant par rapport à une s. Sinon la 944 c'est très facile à conduire , très agréable. Pour tous les jours un très bon choix.

944 turbo: on sent que ça pousse; un karting ! Malheureusement il pleuvait à plein temps et je n'ai pas osé appuyer.
Très efficace et plus facile qu'une 911.
. Fortes sensations pour un budget correct. Compartiment moteur bien rempli.

911: J'aime beaucoup les 944, je me suis retrouvé avec une 911 par hasard et celle ci ne m'a jamais convaincu.au début j'étais très déçu...et ai essayé de la revendre. Par delà le mythe...je trouve la côte injustifié. Maintenant je suis habitué et puisque je m'en sers peu...autant la garder. Le côté cab est très sympa par temps doux et sec. beaucoup de plaisir
MAIS le côté facilité d'entretien doit jouer pour beaucoup par rapport aux usines à gaz que sont les 928 et 944 turbo. Malgré tout ils ont un peu abusé chez porsche: tout est en option , le chauffage... l'eclairage et les essuies glaces... Dans le cab fermé on se sent à l'etroit , par grande pluie la nuit...on se sent petit tout petit au milieu des camions...ça rend humble. Imaginez il y a 30 ans sous la pluie au Mans à 260 km/h...une médiocrité: pas d'éclairage quand on ouvre la porte du cab. C'est super desagreable. par contre en cab on a l'impression de rouler à 400 km/h et comme la voiture est raide on se fait plaisir moins vite qu'en 928.

928 S: j'en avais conduit une pas fraiche. super les sièges sport! la gueule a un peu vielli mais le comportement et la facilité sont étonnant. le moteur me semblait plus aréré que la 928 gt... une puissance suffisante et une super tenue de route. Je ne comprends pas que le 911 lui ai été préférée. C'est à des années lumières. La premiere sportive élue voiture de l'année...il y a 25 ans!

928 GT: Le nouveau look arrondi! beaucoup de classe, vraiment l'auto qu'il me faut.
On sent que ça pousse qu'il ya du couple pas besoin de changer de vitesse le v8 entraine et reprend pourquoi on t'il fait une boite auto? l'ambiance est feutrée silencieuse, pas de sensation de vitesse. il y a trop d'insonorisation! la voiture a se faire prendre au radar on roule à 200 comme qui rigole. vraiment un monde de luxe par rapport à une 3.2. Mais quel plaisir!
Quand j'ouvre le capot j'ai peur...que de monde . j'ai peur des pannes qui coutent chères. Pa smoyen de bricoler soi même. Même si je compte un peu sur Lionel pour m'aider sur ma future 928...lol

928 GTS: que dire c'est beau! l'aileron les ailes les jantes... ça a de la gueule. Ca se conduit bien, ça pousse...je me laisserais faire ; j'ai un bebe et le cab va etre limité en usage la 928 a 4 places. On sent que la gts est l'aboutissement parfaite presque trop??? est ce raisonnable en ces temps de severité routière...et de super à 1,2 euro.

J'ai été très étonné de la légerté de la direction et du train avant de la 928 eu égard au poids du moteur. Je m'attendais a qq chose de beaucoup plus lourd.

Je dois maintenant vendre une petite sportive et aviser pour une 928. Ma crainte est la revente d'une 928 et le cout de la grosse casse.

Merci encore aux participants qui m'ont accordé leur confiance et m'ont laissé piloter leur petite danseuse.

Seb